« Eliogabalo » de Francesco Cavalli à l’opéra Garnier, jusqu’au 15 octobre 2016

En ce début de saison, l’Opéra de Paris présente un opéra baroque des plus rares. Peu l’ont vu car il n’a été que très rarement monté et ce seulement après la mort de son compositeur. Daté de 1667 c’est l’une des dernières oeuvres de Francesco Cavalli qui a composé plus de 40 opéras dont moins de 30 nous sont parvenus. Le personnage qui donne son nom à l’opéra est un prince né  vers 200 qui a eu de nombreux amantes et amants pas tous consentants,  se montrait sans scrupules, violent, cruel. Il est mort à 19 ans seulement (une chance !). Moins connu que Caligula et Néron il peut soutenir la comparaison avec eux.

Le metteur en scène Thomas Jolly, dans sa présentation sur le site de l’Opéra de Paris, évoque une figure à la fois attirante et repoussante dont il a souhaité montrer la complexité. Effectivement, exagération et provocation sont absentes de ce spectacle. Hormis une tête coupée, rien de choquant. Les sentiments amoureux sont davantage traités que la toute puissance et violence du prince.

Les personnages ne sont pas aussi caricaturaux que je le craignais. Franco Fagioli, contre-ténor dans le rôle titre est plutôt mesuré. J’ai bien apprécié la  voix enjouée et gaie de Mariana Flores (Atilia), et le ténor Emiliano Gonzales Toro qui campe une vieille femme rusée, pleine de bon sens avec juste ce qu’il faut de comique.

J’ai donc beaucoup aimé. A mon avis, seuls ceux qui ne supportent pas la musique baroque devraient être déçus. Par ailleurs, certains inconvénients de l’opéra baroque deviennent des avantages :  la répétition des phrases laisse le temps de lire le texte qui est peu connu et les récitatifs coulent sans « couture ».

Avec qui :

Leonardo Garcia Alarcon :  Direction musicale
Thomas Jolly : Mise en scène
Maud Le Pladec : Chorégraphie

Orchestre Cappella Mediterranea
Choeur de Chambre de Namur
(et non l’orchestre et le choeur de l’Opéra de Paris)

Franco Fagioli (contre-ténor) : Eliogabalo
Paul Groves : Alessandro Cesare
Nadine Sierra : Flavia Gemmira
Valer Sabadus : Giuliano Gordio
Elin Rombo : Anicia Eritea
Mariana Flores : Atilia Macrina
Matthew Newlin : Zotico
Emiliano Gonzales Toro (ténor) : Lenia

Où :

Opéra Garnier, Place de l’Opéra, Paris 9éme
Métro : Opéra

Quand :

Du 14 septembre au 15 octobre 2016

Bon à savoir :

Diffusion sur Culturebox le 7 octobre 2016.

Voir en attendant sur Culturebox l’ interview du chef d’orchestre et celle du metteur en scène.

« Anatomie d’une collection » au Palais Galliera jusqu’au 23 octobre 2016

Face au Palais de Tokyo, dans un bel écrin, voici une exposition qui nous montre des vêtements appartenant à diverses époques allant du XXIII ème à nos jours. Au delà de son intérêt  historique, elle parvient à combler nos yeux et nous émouvoir.

J’ai particulièrement aimé :
– les vêtements du dauphin fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette qui sont des plus émouvants
– les drapés étonnants de Mme Grès (ou d’Alix, son premier nom)
– la robe de mariée beige en patchwork de Saint-Laurent
– une robe couvertes de fleurs multicolores de Balenciaga
– les vêtements hors du temps de Poiray

Etonnement devant  l’ingéniosité des créateurs :
– beau parapluie ombrelle à tête de bécasse,
– chapeaux élégants qui permettaient à leur propriétaire myope de galoper en toute sécurité grâce au monocle qui leur est fixé.

Malheureusement il n’est pas permis de prendre des photos. on eut voir une vidéo de présentation par le musée sur dailymotion.
Malgré la pénombre de certaines salles les vitrines permettent de bien voir les objets. Ceux-ci sont bien conservés. Il est étonnant de voir comment certaines pièces ont été reprisėes, comme cette robe blanche et marron qui porte une myriade de petits points qui ont permis à  sa proprietaire de la porter longtemps.

On est amené à réfléchir sur ces objets familiers, parfois si proches, intimes et chargés de sens ou qui, d’autres fois, n’ont été utilisés que pour une seule occasion, pour « paraître » avant de disparaître aux yeux de tous.

Jardin du Palais  Galliera – 11/09/2016

Où :

Palais Galliera musée de la mode de la Ville de Paris
10 avenue Pierre de Serbie,Paris 16ème
Métro : Iéna, Marceau, Boissière

Quand :

Jusqu’au 23 octobre 2016
fermé le lundi
mardi, mercredi de 10h à 18h
jeudi de 10h à 21h
vendredi, samedi, dimanche de 10h à 18h